vendredi 25 juillet 2014

Lumbago et paracétamol

Une étude australienne vient de révéler que le paracétamol ne soulagerait en rien les lumbagos!

Ouf! Une première dalle du chemin de la clairvoyance est posée, ainsi qu'une brique du mur anti-médicament inapproprié!

lien vers l'article:

http://www.rtl.fr/culture/bien-etre/lumbago-le-paracetamol-pas-mieux-que-le-placebo-7773395555

et extrait de l'intro de mon dernier livre sur le mal de dos:


"Le nombre de personnes souffrant du mal de dos ne fait qu’augmenter, et cette progression ne fera que s’aggraver à l’avenir, pourquoi ?

Imaginez que lorsque votre voiture tombe en panne, votre garagiste vous dise : un voyant rouge c’est allumé au tableau de bord ? Pas de problèmes ! On va supprimer le voyant et tout va s’arranger !

C’est exactement cette démarche qu’utilise votre médecin lorsqu’il vous dit : vous avez mal au dos, pas de soucis : je vous prescris des antalgiques (médicaments anti-douleur), et tout va s’arranger !

Et bien NON ! Si votre dos s’exprime par la douleur, c’est au minimum pour vous avertir que votre DOS est en souffrance, et dans bien des cas, c’est votre CORPS qui s’exprime via votre dos.

Ce qu’attend votre dos c’est une réponse adaptée à sa souffrance : si la souffrance est mécanique, il attend une réponse mécanique, si la souffrance est émotionnelle, il attend une réponse par vos émotions, et si la souffrance est biochimique, il attend une réponse biochimique."
 
 
 


 
 
 

 

jeudi 17 juillet 2014

Prévention du mal de dos.

A l'occasion de mon interview accordée ce matin à www.psychologies.com je vous propose un tour d'horizon des techniques de prévention du mal de dos.

En intro, je vous propose de méditer sur cette phrase que j'ai écrit dans mon dernier ebook "je soigne mon mal de dos en 5 leçons":

Le dos est au corps ce que le corps est à l'âme: le réceptacle de nos souffrances

En respectant ce principe, vous comprendrez que s'attaquer au mal de dos c'est s'attaquer aux souffrances de notre corps entier, non seulement les faux mouvements mais aussi le stress, la fatigue, le surmenage, la maladie.

Extrait de mon ebook:


Prendre en charge vous-même le bon entretien de votre dos avant que les douleurs ne surviennent constitue au final la meilleure solution, mais comment s’y prendre ?

L’auto-entretien de votre dos vise à éviter la survenue des trois principales causes de mal de dos :

1/ La sédentarité et l’enraidissement.

2/Le stress.

3/La mauvaise hygiène de vie.

 

La lutte contre la sédentarité et l’enraidissement passe par la pratique régulière d’un sport, dont la pratique doit être adaptée à votre âge et à vos capacités sportives.

La marche :

Après 50 ans, la marche apparait comme l’activité la plus physiologiquement saine pour entretenir votre forme et votre état articulaire.

En cas d’arthrose de hanche débutante au genou ou à la hanche, il est conseillé de se munir d’un bâton de marche, tenu du côté opposé à l’arthrose, et de faire des pauses régulièrement.

En cas de reprise de l’activité de marche après des années de pause, soyez progressif, et éviter d’attaquer 15kms en dénivelé dès le premier jour.

Pour votre dos, évitez les sacs à dos trop lourds, et portez une attention particulière à vos chaussures de marche, qui doivent conférer un bon amortissement lors des phases d’appui.

En effet, la marche sur un terrain dur avec des chaussures peu amortissantes va entrainer une succession de micro traumatismes au niveau de votre rachis qui peuvent s’avérer pathogènes.

D’autre part, privilégiez des chaussures montantes, qui vont permettre d’éviter une éventuelle entorse de cheville lors d’un mauvais pas, ce qui au mieux va vous pourrir le week-end et au pire constituer un schémas lésionnel montant et vous entrainer un lumbago…

 

Le jogging

Si vous avez moins de 50 ans, le jogging vous paraitra peut-être plus proche de la pratique sportive que la simple marche.

En effet, l’effort musculaire et cardio-vasculaire est ici plus intense, et convient mieux à un adulte jeune.

Comme pour la marche, le choix des chaussures s’avère important et là aussi des semelles amortissantes seront les bienvenues, d’autant plus que le terrain pratiqué sera dur.

La natation

La natation présente l’avantage de l’immersion dans l’eau qui va permettre de supprimer le risque de micro-traumatismes au niveau du rachis.

D’autre part, l’activité musculo-articulaire propre à la natation permet une bonne musculation des muscles dorsaux et abdominaux, ce qui va améliorer le gainage de votre colonne vertébrale.

Enfin l’eau étant globalement relaxante, il en résulte que la natation constitue le sport idéal pour lutter contre les dorsalgies d’origine somato-émotionnelle.

L’équitation

L’équitation ne peut être conseillée pour tous les cas de mal de dos.

Dans le cas d’un cavalier confirmé souffrant de mal de dos bénin, l’équitation reste envisageable car le cheval peut ressentir les tensions posturales du cavalier, et adapter en conséquence sa propre posture.

C’est ainsi que de nombreux cavaliers m’ont confié avoir moins mal au dos à cheval que debout ou lors de la pratique d’une autre activité.

Concernant les pathologies plus sérieuses ou en cas d’arthrose vertébrale majeure, mieux vaut renoncer à l’équitation.

Le vélo

Le vélo est une activité sportive que vous pourrez exercer tard dans votre vie, et qui se révèle excellente pour l’entretien du système cardio-vasculaire.

Après 50 ans, préférez le vélo de route au VTT qui génère des micro-traumatismes liés au inégalités de revêtements des circuits dans les chemins et dans les bois.

 

La lutte contre le stress du quotidien est un challenge difficile à gérer, cependant je peux vous proposer quelques conseils :

-Sachez « oublier » vos soucis professionnels le soir et la nuit en rentrant chez vous, en fuyant toute pensée stressante vous ramenant à vos activités de bureau.

-Privilégiez des sorties ou des lectures « de plaisir » qui sauront donner à votre esprit des moments agréables.

-Obligez-vous à faire l’amour souvent, c’est bon pour le stress et la santé en général.

-Evacuez vos soucis en les verbalisant ou en vous mettant légèrement en colère, c’est beaucoup mieux que de les garder en vous.

-Offrez-vous des séances de massages et de SPA régulièrement.

-N’oubliez pas de partir en week-end ou en promenade régulièrement dans un endroit apaisant, parfois être loin de chez soi, c’est aussi être loin des soucis.

Avoir un bon dos, c’est aussi avoir une bonne hygiène de vie, ainsi outre les conseils précédents, je peux vous rajouter quelques consignes :

-soignez votre alimentation, privilégiez les fruits et légumes frais, fuyez les surgelés, les conserves, et les sucreries.

-buvez du vin raisonnablement, pas plus de un à deux verres par jour, privilégiez le vin rouge bio.

-respectez une durée de sommeil suffisante (9 heures) avec des horaires réguliers, sur une literie de qualité, avec votre compagnon(ou compagne) si c’est mieux ou sans si c’est mieux (ronfleur, insomniaque)

-respectez un temps de travail raisonnable, si vous êtes à votre compte et faites 60 ou 70 heures par semaine, c’est trop !

 

                        

 

                                 En conclusion :

Comme vous avez pu le découvrir à la lecture des chapitres précédents, le dos n’est pas simplement un élément de squelette dont la mission serait d’assurer une charpente corporelle, mais c’est aussi et surtout le relai de nos émotions profondes.

Toute maladie, tout stress, tout accident de la vie va venir modifier l’état de tension de notre rachis, et il ne peut exister  de solution simpliste pour traiter la complexité réelle des problèmes de dos .

Imaginer traiter les dégâts mécaniques du dos causés par le stress en s’attaquant simplement au stress, c’est comme imaginer soigner sa voiture que l’on a planté contre un mur en roulant trop vite en décidant simplement de rouler moins vite… c’est trop tard !

Une fois que le stress a marqué  votre dos de son empreinte pathogène, c’est un arsenal complet de solutions qu’il est nécessaire de mettre en place : bonne alimentation, activité physique ou sportive plusieurs fois par semaine, et surtout visites régulière de praticiens de santé : kinésithérapeutes, ostéopathes, chiropracteurs, acupuncteurs, homéopathes.

Vous n’avez pas seulement un professionnel de santé à votre disposition pour soigner votre mal de dos, mais une véritable armée de spécialistes, qui chacun dans sa spécialité peut vous apporter un ensemble constitutif du puzzle complexe de la guérison définitive.

Et tout cela sans jamais oublier de savoir occulter ses douleurs de dos quelques heures par jour, pour penser à la vie, à ses moments de bonheurs partagés avec son entourage, sa famille ou tous ceux que l’on aime, pour enfin enrober toutes ces pensées positives dans un grand pansement imaginaire, que l‘on va appliquer ensuite tout le long de notre colonne vertébrale, ce qui vous apportera un complément indispensable de guérison.

Il n’y a pas un unique chemin possible pour soigner son mal de dos, c’est à chacun de composer son itinéraire !


 
 
Mon ebook sur www.amazon.com