dimanche 12 août 2012

Mon premier bouquin Présentation

Donc voilà, mon premier ouvrage "Kiné ou ostéo, qui consulter?" est finalement sorti le 24 avril 2012...



Historiquement, je projetais depuis longtemps d'écrire sur la kinésithérapie, un ouvrage du style "Vive la kinésithérapie!" un "Vive" un peu ironique car en réalité je ne suis pas trèe optimiste sur les perspectives d'amélioration de qualité des soins de kinésithérapie.

Globalement, j'assiste depuis vingt ans à la multiplication des cabinets"usine" qui prennent les patients cinq par cinq et pour ce qu'ils ne sont pas tous...

J'assiste aussi à ma grande déception au comportement moutonesque de ces patients rassurés de voir du monde dans un cabinet et dans une salle d'attente "j'attends beaucoup, y'a plein de monde, y doit être trop fort le kiné!!!"

Bref! C'est difficile et décourageant de s'obstiner dans la recherche de qualité quand on est kiné!

Donc, finalement, sous la pression de la fameuse France, le projet d'éciture s'est réorienté vers les problêmes de mal de dos, et les solutions des kinés et des ostéos.

Traiter dans le même ouvrage de la kiné et de l'ostéo, c'était peut être un peu dangereux car les relations entre les deux professionnels sont souvent tendues, le kiné jugeant que l'ostéo avec des séances à 50 ou 60 euros se fait des golden balls, et l'ostéo jugeant que le kiné qui prend les patients cinq par cinq, se fait aussi des G Balls...

Sans compter aussi les ostéos qui pensent que les kinés n'ont rien compris, et les kinés qui pensent avoir compris qu'il n'y avait rien à comprendre dans l'ostéopathie.

Donc finalement, je suis satisfait du premier résultat, allez un p'tit extrait:



J’exerce maintenant depuis plus de 10 ans les professions de kiné et d’ostéo, et je constate qu’en 2012 nombreux sont ceux qui confondent les techniques de l’un et de l’autre et nombreux sont ceux qui demandent à l’un d’effectuer le travail de l’autre.

Une clarification me parait plus que jamais nécessaire.



En réalité, chacune de ces deux spécialités obéit à des règles professionnelles distinctes, et les formations et techniques employées par ces praticiens s’avèrent très différentes !

L’ostéopathie, créée par Andrew Taylor Still à la fin du 19e siècle aux états unis, est venue s’insinuer progressivement dans notre milieu médical français dans les années 80, pour véritablement prendre de l’importance dans les années 2000, notamment lors de la publication de la loi de mars 2002 légalisant officiellement sa pratique, et entrainant la multiplication des instituts de formation.

D’actuellement 17000, le nombre d’ostéopathes devrait atteindre les 30000 dès 2016, du fait de l’absence de numerus clausus à l’entrée des écoles.

La kinésithérapie française s’est développée une première fois après le conflit de 14-18 qui a rendu nécessaire les soins à de nombreux blessés graves.

Puis elle s’est largement diffusée dans les années 60, grâce notamment au remboursement par la sécurité sociale, au développement des écoles de formation et à la bonne participation des médecins prescripteurs de kinésithérapie.

En 2012, les kinésithérapeutes représentent 70000 professionnels dont 6000 kiné ostéopathes.

Si la consommation en actes de kinésithérapie reste soutenue aujourd’hui en France, elle tend à stagner tandis que celle des actes d’ostéopathie se développent nettement.

Dans un climat de tension économique, il n’est pas surprenant qu’une certaine concurrence s’installe entre les deux professionnels.

Cependant, cette offre de soins plurielle devrait être tout bénéfice pour le patient potentiel, qui dispose de deux thérapies efficaces pour le traitement de ses douleurs.

Reste à décider qui consulter ?


A télécharger sur www.leslivresdemonosteopathe.com